Rechercher dans ce blog

samedi 19 mars 2011

Le bonheur de chanter ♪♪♫♪♫

It ain't over till the fat lady sings!

Depuis quelques années, le chant occupe une place prépondérante dans ma vie. La musique a bien sûr toujours été présente autour de moi, sous une forme ou sous une autre. Comme toute jeune fille bien élevée, j’ai reçu des cours de piano, puis je me suis mise à la flûte traversière. Ensuite, quelques années au Chœur Universitaire m’ont initiée au chant choral. Après une longue pause, au cours de laquelle ma pratique musicale s’est tournée vers le flamenco, je suis revenue au chant. Ayant voulu perfectionner mes compétences vocales, j’ai pris quelques leçons. Bien m’en a pris, car cela m’a ouvert la porte à toute une série d’expériences aussi nouvelles qu’enrichissantes.
Il n’est pas facile de trouver un bon professeur. Savoir chanter est en partie un don inné, un talent naturel, qu’on peut développer grâce à l’acquisition de certaines ficelles. Un bon chanteur n’est toutefois pas forcément un bon pédagogue. L’élève doit comprendre certaines techniques physiques et physiologiques, qui ont ceci de particulier qu’elles sont très subjectives et immatérielles. On vous dira de lever le voile de votre palais, le B-A-BA du chant. Oui, mais comment faire ? Comment diriger une partie de son corps dont on ne sait même pas trop où elle se trouve ? On vous dira de sourire, de mettre ce sourire dans vos yeux, d’imaginer un immense gateau au chocolat recouvert de crème fouettée, qui vous fait dire : Ôh !!! , mais tout en baillant, pour éviter toute crispation de la mâchoire. Vous avez une cathédrale dans la tête et une ficelle qui vous tire la tête par le haut. Vous lancez votre note vers la dernière rangée de la Scala de Milan, si possible même au-delà, même si le son doit passer derrière votre tête pour y parvenir. Vous imaginez que vous humez un parfum divin. La note doit sortir de vos pommettes et vous n’arrêtez jamais de sourire, même si vous chantez Jésus sur la croix.

L’autre base absolue du chant est le soutien. Je n’ai pas encore vraiment bien saisi de quoi il s’agit. Il faut tenir son ventre, son diaphragme, sans toutefois crisper les abdos ; pousser dans les lombaires, comme si on voulait déplacer un meuble, tout en restant droit et en ouvrant sa cage thoracique pour bien remplir ses poumons. Pour sentir et muscler son diaphragme, il faut pousser des Rre-Kke-Ffe-Tte ou chanter Frère Jacques en faisant brbrbrbrbrbrbr avec les lèvres fermées. Il faut penser à monter quand on chante des notes descendantes; inversément, pour pousser des notes aiguës, il faut enfoncer ses pieds dans le sol, quitte à fléchir légèrement les genoux ; éviter de ralentir dans les descrescendo et ne pas chanter plus fort parce que la cadence s’accélère.

Même si je ne maîtrise pas encore parfaitement toutes ces techniques, il est apparu assez rapidement que j’allais passer de la tessiture alto à celle de soprano. Selon le credo You Can Do It, j’ai changé de pupitre, ce qui équivaut quasiment à changer de personnalité. Les voix alto sont aussi discrètes qu’indispensables, comme la contrebasse de Patrick Süskind. Elles remplissent l’œuvre d’une ligne harmonique insoupçonnée, mais qui apporte tout son sel à la pièce. Quant aux soprano, elles ont la ligne mélodique, celle qui brille par sa flamboyance par-dessus toutes les autres. Chanter soprano est par ailleurs bien plus facile, étant donné que nous avons la ligne mélodique : il suffit d’écouter le disque 2-3 fois sur son iPod ou dans la voiture et c’est dans la poche !


Je ne cesse de m’étonner que l’opéra soit si populaire, notamment parmi les jeunes. C’est un art vieux de plusieurs siècles, qui raconte des histoires à la fois niaises et universelles – l’amour, la rivalité, le pouvoir, les héritages, la folie, la mort, la vengeance – mais la force de la musique déchaîne les émotions à tous les étages, peu importe l’âge ou la classe sociale. Les cinémas du monde entier cartonnent avec leur projections en direct du Metropolitan Opera de New York.

Enfin, je me rends compte que j’ai un véritable plaisir à chanter : le plaisir de pouvoir produire des œuvres sublimes, qui résonnent dans de belles églises et qui rendent les gens heureux ; le plaisir tout simplement physique de sentir la musique vibrer dans mon corps ; le plaisir de boire et de manger avec mes amis choristes ; enfin le plaisir totalement jouissif de pousser un si bémol qui n’a pas été mis là par hasard. Mon prochain grand projet : chanter dans les chœurs de Roméo et Juliette de Gounod, à nouveau sur la scène de l’Alhambra. Une histoire mythique, de la musique grandiose, de beaux costumes et, une fois de plus, une collaboration avec de vrais professionnels. Un changement bienvenu par rapport aux discours monotones et répétitifs qu’ânnonnent nos chers délégués…

N'est malheureux que celui qui ne sait pas chanter (proverbe égyptien)

1 commentaire:

fireatheart a dit…

Je t'envie.
Personnellement, je rêve d'apprendre à jouer un instrument, le piano, par exemple.
Et savoir lire et écrire la musique.

Parfois, je m'invente des partitions que je chante des heures durant... dans ma tête.

Enregistrer un commentaire