Rechercher dans ce blog

vendredi 2 juillet 2010

La caverne d’Ali Baba



Mon ordinateur a commencé à devenir de plus en plus en plus lent, jusqu’à ne plus se réveiller qu’une fois sur deux après avoir été arrêté ou mis en veille. Après plusieurs quasi-arrêts cardiaques (de mon côté) et des sauvegardes d’urgence, j’ai décidé de l’apporter chez Docteur Informatika.

Une tanière magique se trouve à quelques 300 mètres de chez moi : l’établi de l’homme qui répare les ordinateurs, quel que soit le modèle, le processeur ou le millésime de la chose. Lorsqu’on franchit la porte en verre rapiécé, couverte d’affiches, on se retrouve plongé dans la quatrième dimension, peut-être même la cinquième. Parmi des carcasses de toutes les marques et de toutes les tailles, desktops, laptops, câbles ou disques, on trouve toujours deux ou trois personnes, qui sont parfois des clients, mais pas forcément. En effet, on passe chez Informatika pour dire bonjour, pour prendre rendez-vous ou pour rester assis sur un tabouret, parfois plusieurs heures voire plusieurs jours. C’est le souk du XXIème siècle : un capharnaüm avec de la marchandise du sol au plafond, du chenil 1), du brol 2), du fourbi, du bronx tous azimuts, il ne manque que le service de thé à la menthe. Ça discute processeurs, téléchargements ou Coupe du Monde.


Il se passe toujours quelque chose dans la boutique de l’artisan, qu’on ne voit jamais les bras ballants ni derrière un ballon de blanc au bistrot d’en-face. Il s’occupe avec gentillesse et patience de chaque personne qui vient le voir et écoute attentivement l’exposé du problème, tout en continuant à revisser un boîtier ou à faire des copier-collés.

Etant donné qu’il n’y a pas de distributeur de tickets, chacun passe à son tour, selon un système de type fuzzy logic. Tout nouveau venu relègue les anciens d’un cran en arrière dans l’ordre d’attente. Il ne faut surtout pas attendre poliment, car si on n’y prend garde, on risque bien d’y passer plus de temps que prévu. En effet, Docteur Informatika est parfaitement capable de répondre au téléphone tout en continuant à chercher une clé USB ou un disque dur dans le désordre systématique et certainement logique qui envahit tout l’espace autour de lui. Dès qu’il raccroche, il vous écoute, pour autant que vous manifestiez votre besoin de dire quelque chose. Et si vous n’avez rien à dire, vous serez néanmoins le bienvenu dans son échoppe, qui, comme la Maison du Seigneur, est ouverte à toutes les brebis égarées du quartier.

Cela fait maintenant bien deux semaines que mon ordinateur est aux soins intensifs chez lui, son mal mystérieux semblant résister, tel le village d’Astérix, à toutes les tentatives de réanimation. J’ai même vu le bon Docteur écouter le ventre de mon bébé avec un stéthoscope, car il le trouvait trop silencieux. Son petit cœur aurait-il arrêté de battre ?

Pendant ce temps, je me débrouille tant bien que mal avec mon notebook et mon iPhone et j’utilise les imprimantes que je trouve au travail, mais c’est un peu comme d’avoir le bras droit dans le plâtre : j’arrive à faire ce que j’ai à faire, ce serait juste mieux avec un vrai grand ordinateur avec un bel écran qui ne joue pas les Belles au Bois-Dormant.

Informatika, 65, Bd Saint-Georges, 1205 Genève
079-640.55.58 et 022-329.95.19
Ouvert à partir de 15h environ et jusque tard le soir (voire très tard)


1) mot suisse romand, signifiant désordre, fouillis, fatras ☺
2) mot belge, signifiant désordre, fouillis, fatras ☺

2 commentaires:

Anonyme a dit…

j'ai viré électroniquement 15 sf à informatika le 22 juillet. Je lis ce 7 août sur sur le suivi de commande que le virement est en attente de réception.

Unknown a dit…

c'est un enculé vous vous en rendre compte rapidement si vous avez affaire avec lui.

Enregistrer un commentaire